Quelques instruments de musique à percussion

Par moment, les musiciens ont tendance à affirmer que la musique est en quelque sorte une source d’énergie émotive. Ceux qui pratiquent la musique avec les instruments africains, ils sont d’accord avec cette affirmation ; principalement, lorsqu’il s’agit d’un instrument de musique à percussion. Pour que cela ne soit pas une affirmation gratuite, il convient de faire parade de différents instruments de musique à percussion.

Les différentes catégories des instruments à percussion

Les instruments à percussion se divisent en deux grandes catégories. Premièrement, le plus grand nombre des instruments de musique sont descendus de la famille des idiophones. Ce groupe comporte la cloche, le métallophone, la sanza ou le kalimba, le glockenspiel, le xylophone et le vibraphone. En effet, ces modèles possèdent un matériau fixé sur leur support ou cadre. La plupart se munissent des lames ou des lamelles attachées sur la caisse de résonance à l’aide des traverses. Les musiciens utilisent une baguette pour frapper sur ces lames lorsqu’ils veulent les faire fonctionner.

La deuxième catégorie renferme tous les instruments de musique de la famille des membranophones. Le terme membranophone se compose de deux mots, la membrane veut dire la peau et le phone exprime le son ; cela signifie que c’est la vibration de la peau constituante de l’instrument qui produit des sons. Au fait, le musicien en joue en frappant sur celle-là. Cette catégorie réunit le djembé, le tambour et la timbale.

Les différents instruments de musique les plus courants

Sans comptant que le vibraphone est de la famille des idiophones, il est un instrument à percussion issu de l’espèce des lamellophones. Certains amateurs ont du mal à établir une différence entre celui-ci et le xylophone. En effet, leur différence consiste en ce que les lames du vibraphone est en métal tandis que celles du xylophone est en bois. Le musicien fait résonner ces lames métalliques avec un outil de percussion pour la production des sons. Celles-ci étaient en acier lors de son apparition. L’acier offre un son mélodieux et raffiné. Mais, plus tard, ces lames se composent d’acier et d’aluminium à un tel point que le son est très confortable et plus harmonieux.

Ensuite, comme le kalimba, le xylophone est un autre modèle classé dans la catégorie des idiophones. Celui-ci ressemble beaucoup au vibraphone au point que les amateurs les confondent l’un avec l’autre. Bien qu’ils viennent de la même famille, il semble que leur différence réside dans le matériau de ses lames. Le xylophone possède des lames en bois sur lesquelles le musicien percute au moyen des maillets.

D’autre part, le glockenspiel fait partie de la famille des idiophones. Au fait, le musicien utilise des baguettes pour frapper sur les lames de métal de cet instrument de sorte à les mettre en vibration. De même que le xylophone, le glockenspiel est fabriqué avec  des blocs de bois. D’ailleurs, la cloche occupe aussi une place dans le groupe des idiophones. En fait, elle est un instrument creux et ayant une large ouverture. Cet instrument à percussion en forme de vase se dote d’un corps en métal, en corne, en argile ou en bois. Par ailleurs, la sanza est une autre appellation donnée au kalimba. Comme elle comporte des languettes, elle compose la famille des idiophones et des lamellophones. Pour jouer des sons, le musicien se sert de ses doigts pour frotter ces languettes afin qu’elles résonnent.

A lire aussi : Installer un plafonnier: Explication technique